dimanche 3 janvier 2016

Télévision: Telenovelas, quand tu nous tiens!



Les feuilletons à l’eau de rose occupent le prime time sur les chaînes camerounaises. Ils véhiculent des contenus idéologiques très différents des pratiques en Afrique. Ils influencent notre rapport à l’amour et décuplent notre envie d’être aimé. 


Depuis la libéralisation du secteur de l’audiovisuel au Cameroun, on en a vu, des telenovelas : Le Baron, Isaura, Catalina y Sebastian, Rubi, El diablo, Terra nostra, Mademoiselle, Avenida Brazil, Marina, Rosa Salvage, Luna, Tour de Babel, le Clone, El triumpho del amor. La liste de ces productions, venues d’Amérique du Sud mais de plus en plus d’Asie, est loin d’être exhaustive.

Les feuilletons à l’eau de rose ont bonne presse et sont diffusés en prime time. De 18h30 à 21h30, le téléspectateur peut passer 3h à regarder des telenovelas en zappant d’une chaîne à une autre. La personne qui aura raté l’épisode du jour pourra toujours regarder la rediffusion le lendemain, souvent en début d’après-midi.

Au coeur de l'amour de Chantal Youdom.
La plupart de ces feuilletons sont fournis par la société de distribution de contenus audiovisuels Côte Ouest qui possède six bureaux (Casablanca, Ebène, Abidjan, Kinshasa, Lagos, Johannesburg) pour mieux couvrir le marché africain. Elle distribue des productions de plus de 200 épisodes, dont la diffusion dureplus d’une année. Une grosse machine comparée aux rares telenovelas camerounaises comme Au cœur de l’amour qui peinent à produire 50 épisodes. 

Force est aujourd’hui de constater le succès rapide et désormais durable de la telenovela. 
Une prospérité confirmée par la création de chaînes de télévision consacrées exclusivement à ce genre. C’est le cas de Telenovela Tv et de Nina Tv que l’on reçoit au Cameroun grâce au câble. Le mépris et la réprobation qu’on affiche quand on en parle n’arrête pas les intérêts économiques qui produisent et diffusent ces romans-photos audiovisuels, dont le propre est d’attirer et de conserver un audimat pour les chaînes de télé et donc des annonceurs. D’où les plages pub à rallonge avant, pendant et après la diffusion des telenovelas. 

La telenovela n’est pas une production militante. Elle se contente de mettre en scène un rêve : celui d’un homme et d’une femme qui s’aiment envers et contre tout. Le couple qui se forme au début doit affronter plusieurs obstacles, les malentendus, la méfiance, les déceptions et la jalousie avant de parvenir à une union finale. Toute la production repose sur ces retrouvailles-séparations qui sont autant de rebondissements à l’intrigue. 


L’air du temps
Ses thématiques principales sont: amour, beauté, gloire, argent, mensonge, trahison. La telenovela se termine toujours par une fin heureuse : les amoureux se réconcilient et se marient, les méchants récoltent ce qu’ils ont semé. Le telenovela c’est, par essence, l’écriture en rose d’une histoire d’amour qui est ancré dans le présent. Car elle épouse l’air du temps, les causes et les dépravations qui y sont associées. Les évolutions sont très fortes, d’une année à l’autre, dans les contenus idéologiques véhiculées par ces feuilletons.

Ainsi, dans les premières telenovelas diffusées au début des années 90, l’héroïne était toujours jeune et vierge, s’habillait décemment et il n’y avait de relation sexuelle entre elle et son amoureux qu’après le mariage. Dans les feuilletons d’aujourd’hui, l’héroïne est rarement vierge, les amoureux n’attendent plus le mariage pour avoir des relations sexuelles, font même des enfants hors mariage. Les relations sont plus physiques avec des baisers fougueux, des caresses et des déshabillages mutuels. Les femmes sont de plus en plus dénudées. 

Dans ces nouvelles productions, il y a une histoire d’amour centrale autour de laquelle gravitent plusieurs histoires d’amour secondaires. Très souvent, on a un personnage homosexuel lui-même en quête d’amour. Le feuilleton Irrationalheart, diffusé sur Canal 2 et Equinoxe tv, a soulevé l’opinion publique camerounaise en 2013 dans un pays où l’homosexualité est interdite, obligeant ces chaînes de télévision à interrompre sa diffusion.

Initiation à l’amour
Le public de la telenovela est constitué en majorité de femmes et d’enfants. Ces derniers commencent à les regarder très tôt en compagnie de leurs mères. Il n’est pas rare d’entendre des bambins commenter le dernier épisode de leur telenovela préféré dans la cour de recréation d’une école primaire. Le feuilleton devient ainsi, pour eux, le premier récit d’initiation à l’amour. La description qu’il fait de l’amour pourrait alors être considérée par ce jeune public comme la forme par excellence du parcours amoureux. La telenovela a une réelle influence sur l’imaginaire des gens. A force de regarderce qui est supposé être « le véritable amour », on finit par rêver d’une autre vie d’amour que celle que la réalité, moins rose, nous propose.

L’être humain aime aimer. Qui n’a pas rêvé d’entendre, encore et toujours, ces paroles d’amour que nos cœurs ne sont jamais las d’entendre ? Ces feuilletons décuplent notre envie d'être aimé, et surtout d'être aimé d'une certaine façon. Mais ce n’est pas au Cameroun qu’on trouvera facilement un homme capable de vous dire « je t’aime » dix fois par jour. Comparés aux amoureux en puissance des telenovelas, nos hommes paraissent bien mièvres et rustres. Ce qui donne l’impression que les hommes qui savent aimer se trouvent ailleurs. Quoi de plus normal donc que d’aller les chercher sur internet ?
Pourtant, ces feuilletons nous présentent des réalités qui ne sont pas les nôtres, des mentalités qui nous sont étrangères, des valeurs que nous n'approuvons pas. Malgré cela, notre société permissive, qui s'ouvre largement au premier venu, l’embrasse et l’assimile, au risque d’y perdre son identité. Ainsi, selon les feuilletons diffusés naissent des générations d’enfants ayant pour prénoms Marimar, Rubi, Marina, Manuela…
Stéphanie Dongmo

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire