mercredi 20 janvier 2016

Hervé Madaya : « Le roman d’amour revient en force »

Ecrivain et directeur de « Madingwa » (Je t’aime), la collection de romans sentimentaux que lance la maison d’édition Afrédit en ce début d’année, il parle de ce concept d’amour à la sauce africaine.
Hervé Madaya.
Africaine d’édition (Afrédit) annonce une nouvelle collection de romans sentimentaux dont vous êtes le directeur. Pouvez-vous nous présenter cette collection?
En effet, le projet a mûri en juin dernier. Après avoir lancé un appel à synopsis, nous avons pu réunir les auteurs dont les propositions allaient dans le sens de ce que nous recherchions. A savoir des histoires d’amour dans lesquelles se reconnaîtront les Africains, décrivant leurs réalités, dans un environnement qui leur soit familier. Madingwa est cette collection de romans qui bientôt sera livrée au jugement des lecteurs.

Combien de titres comptez-vous publier par an et à quelle fréquence ?
Un livre tous les deux mois sera la fréquence de départ. Ce qui correspond à six titres par an. Faudra-t-il accélérer ou ralentir cette cadence ? Nous en jugerons par l’accueil qui sera réservé aux Madingwas.

A quand la parution du premier roman de la collection ?
Nous souhaitons lancer la collection dans la période allant du 11 au 14 février ; ça tombe bien, elle est destinée à la jeunesse et aux amoureux, qu’ils soient jeunes ou non.


Qu'est-ce qui a motivé Afrédit à lancer Madingwa alors que sur le marché du sentimental, on compte déjà Adoras, Harlequin et Nous-Deux, entre autres ?
C’est le constat selon lequel aucune maison d’édition camerounaise ne possède de collection de romans à l’eau de rose. Et si vous regardez dans la sous-région d’Afrique centrale, vous verrez que là encore, il y a ce manque. Or, à voir le succès des collections que vous venez de citer dans nos marchés, il va sans dire que la littérature sentimentale a son public chez nous. Je suis tenté de croire que les lecteurs et lectrices s’y ruent en partie faute d’avoir ce qui s’inspire de leur culture.

Quelle sera la particularité de cette collection ?
Elle aura de petits romans hauts en couleurs, d’une centaine de pages, pouvant être lu d’une traite au cours d’un voyage Douala-Yaoundé par exemple, qui parleront de notre environnement comme les collections d’ailleurs ne sauraient pas le faire. Nous voulons faire de chacun de ces livres un ndolè aux crevettes, un sanga, un mbongo tchobi, un nkwi littéraire qui vous racontera une idylle entre une bayamsellam de Mvog-Atangana-Mballa et un moto taximan, une fille de Bonapriso et un gars de New Bell, une ministre et un sauveteur de Mokolo, un coiffeur de Mvog-Mbi et sa cliente, etc…

Réunion d'auteurs le 31/10/2015 à Afrédit.

Vous avez sélectionné une première vague d'auteurs qui devront alimenter cette collection. Qui sont-ils et comment s'est faite cette sélection ?
Les auteurs ont été sélectionnés sur la base de leurs synopsis. A la suite de l’appel à synopsis que nous avons lancé en juillet, nous avons reçu un nombre important de candidatures, près de 300. Il a donc fallu être très sélectifs ; nous voulions une dizaine de personnes. Les meilleures propositions nous ont conduits à former une équipe cosmopolite, dont l’âge varie entre 27 et 60 ans. Avec des Camerounais, des Français résidant au Cameroun et des Gabonais, hommes et femmes confondus. Non pas que la porte soit fermée à d’autres propositions. Simplement, la prudence voulait que nous ayons un comité de base, afin d’assurer le fonctionnement de Madingwa.

Le roman sentimental est un genre littéraire souvent méprisé. N'est-ce pas dévalorisant pour un écrivain de proposer ce genre de texte ?
Les participants à notre projet ne doivent pas penser ainsi, vu leur nombre pléthorique. Nous connaissons des auteurscélèbresqui ont bâti leur carrière sur la littérature sentimentale.Combien de jeunes filles à travers le monde rêvent du prince charmant en lisant Barbara Cartland ? Nos ainés n’ont-ils pas rêvé d’Alexandro Inchesou d’Anna Zoli en lisant les romansphotos de la Lancio ? Le nombre de candidatures que nous avons reçues prouve que le roman d’amour revient en force ! Certes, les livres de Madingwa auront pour thème central l’amour passion, mais celui-ci sera encré dans les réalités toutes africaines ; ils développeront forcément des sous-thèmes et chacun y trouvera son compte. L’âme d’une plume, c’est son style. Le genre littéraire n’en est que l’habillage.



Le roman d’amour est un genre populaire, qu'allez-vous faire pour qu'il ne devienne pas vulgaire ?
Nous nous assureront que les romans aient un style à la fois simple et soigné, sans vulgarités. De manière à garder une certaine hauteur, afin de bâtir un sérieux à la collection Madingwa. Par-dessus tout, nous veillerons à ce que les livres valorisent la culture africaine. Je tiens également à souligner qu’il n’est pas question pour nous de critiquer les collections occidentales que vous avez citées. Elles ont une démarche qui consiste essentiellement à vendre du rêve, et ça marche, c’est agréable pour ceux qui le temps d’une lecture, veulent échapper aux monde qui les entoure. Nous passons à autre chose ! Nous introduisons nos habitudes et les tracas de la vie réelle dans la littérature sentimentale, y adjoignant ainsi l’utile, pour en faire des livres importants et échapper à certaines étiquettes que nous avons souvent entendues : littérature de gare, littérature de supermarché, sous-littérature, etc…

Le roman sentimental a la réputation d'être signé par des noms de femmes, quand bien même c'est écrit par des hommes. Est-ce que ce sera différent pour Madingwa ?
Certains grands noms de la littérature classique ont pourtant excellé dans l’expression des sentiments amoureux. Beaumarchais, Stendhal, Flaubert, Voltaire, Victor Hugo et j’en passe. Ce serait dommage si de nos jours les hommes n’assumaient pas leur côté fleur-bleue. Cela dit, les écrivains sont libres de publier sous pseudonymes. Nous ne sommes pas une entrave à cette liberté. Nous souhaiterions simplement que nos romans portent les patronymes de leurs auteurs. Il est important que le public sache que les livres de la collection Madingwa sont écrits aussi bien par les hommes que par les femmes… Cela pourrait être l’une de ses particularités, justement.


Propos recueillis par Stéphanie Dongmo

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire