dimanche 23 mars 2014

Cinéma : Un festival à Bafoussam

Le Festival international du cinéma se déroulera dans la capitale de l’Ouest-Cameroun du 28 mars au 5 avril.

En blanc, Alvine Kouambo, la promotrice du festival. Au milieu en noir, Reinhild Dettmer-Finke, la tête d'affiche.
Alvine Kouambo, la présidente de l’Association Ecran pour le renouveau du cinéma africain, promotrice du Festival international du cinéma indépendant de Bafoussam (Ficib), a donné une conférence de presse le 20 mars à l’Institut Goethe de Yaoundé. Le but de cette rencontre était d’annoncer la seconde édition du festival qui se tiendra du 28 mars au 4 avril 2014.

15 films toutes catégories confondues (longs-métrages, courts-métrages et documentaires) sont programmés. Six productions camerounaises sont à l’affiche. Notamment « 2000 cedis » de Banderas Kouam, « Destination fatale » de Michel Cédric Deugoue, « The bag » de Maspéro Bilobe, « Décision finale » de Mitéran Megoupo, « Le témoin de l’ombre » de Mireille Idelette Kouyembous et « Hold strong » de Marius Bonfeu, installé depuis plusieurs années en Afrique du Sud.

Huit prix seront décernés à l’issue du festival : la Silhouette d’or de la meilleure fiction, meilleur court-métrage, meilleur documentaire, meilleure animation, prix spécial du jury, interprétation féminine, interprétation masculine et prix du public.

A côté des projections cinématographiques à la Communauté urbaine et à la Maison du parti de Bafoussam, il y aura une réflexion sur le thème « le financement du cinéma camerounais : des ressources locales à mobiliser ». Le but étant d’encourager les opérateurs économiques locaux à investir dans le cinéma.

Le Ficib a pour but de promouvoir le cinéma indépendant, d’encourager la diversité culturelle, de propager l’art cinématographique, de découvrir et d’encourager de nouveaux talents et de favoriser les rencontres entre les professionnels du cinéma. Pour Alvine Kouambo, « le cinéma existe bel et bien au Cameroun et n’a besoin que d’un souffle et un esprit nouveaux ».

La tête d’affiche de cette édition est Reinhild Dettmer-Finke, épouse du sélectionneur national des Lions indomptables et réalisatrice du film « Le ventre de Tokyo » programmé au festival. « J’aime aller au cinéma. Quand je suis arrivé ici, j’ai appris qu’il n’y avait plus de cinéma du tout. Si je peux soutenir le cinéma camerounais, je le ferai. Regarder un film, c’est comme ouvrir une fenêtre sur le monde », a-t-elle déclaré.

Stéphanie Dongmo 

1 commentaire:

  1. Bonjour,

    Voici un Blog dans lequel je repertorie toutes les compétitions internationales à participation gratuite et avec des prix à gagner : Offres d'emplois et concours internationaux au Cameroun. Je vous prie de visiter ce lien et de le partager autour de vous, ça peut profiter à plein de personnes.

    Merci beaucoup

    RépondreSupprimer