mardi 17 avril 2012

Critique : Une telenovela à la camerounaise

Sacrée meilleur sitcom 2011 aux Canal 2’Or en mars dernier, la série « Au cœur de l’amour » de Chantal Youdom veut faire concurrence aux productions sud-américaines et indiennes qui inondent les chaînes de télévision locales.

Une scène du film avec Nadine Adi et Alain Bomo Bomo.

Une femme belle, gentille et intelligente. Un homme charmant, ambitieux et fidèle. Entre les deux, quoi de plus normal que l’amour qui s’installe ? Mais tout le monde sait que rien, sur cette terre, ne s’obtient sans effort. Tout au long des trois saisons de la série qui les peint, les deux tourtereaux vont ainsi braver les pièges des hommes, les ruses du destin et les revers de fortune pour s’aimer. Si leur amour chancelle souvent, si l’adversité est parfois plus forte que leur désir d’être unis, Rowena (Nadine Adi) et Thomas (Alain Bomo Bomo) finissent toujours par se retrouver, parce que leur amour est vrai, sincère et entier.

Telle est l’intrigue de cette série télévisée. Il ne s’agit pas de « La fille du jardinier », ni de « Paloma», encore moins de « India, a love story ».  Mais de « Au cœur de l’amour », une série camerounaise diffusée en fin 2011 sur Tv5 Afrique (la deuxième saison). Elle a aussi été sacrée meilleur sitcom 2011 aux Canal 2’Or, des awards décernés chaque année par la chaîne de télévision privée Canal 2 international, où la série a été diffusée au début de l’année dernière (la première saison). « Au cœur de l’amour » a été créé et produit par Chantal Youdom à travers le Gic Art et culture qu’elle dirige. La scénariste formée sur le tas en a aussi réalisé la deuxième et la troisième saison, alors que la première l’a été par Abel Nguekam.

Intrigue

« Au cœur de l’amour », c’est l’histoire d’une jeune fille qui n’a pas connu son père. Recrutée dans une entreprise de production d’huile de palme, elle tombe éperdument amoureuse d’un homme déjà convoité par la fille de son patron. Au menu, intrigues, secrets et trahison, avec en toile de fond des thèmes comme la classe sociale, la cupidité et le mensonge. Cette série, somme toute plaisante, se situe entre la candeur de « Marimar » et l’action de « El diablo ». Elle est admirablement portée par ses acteurs. Pour créer un « star system » autour de sa production, Chantal  Youdom a recruté des visages pas populaires, mais néanmoins connus : Nadine Adi, Alain Bomo Bomo (dont le talent s’était confirmé dans des rôles de bad boy et qui surprend en amoureux), Martin Poulibé, Nasser Menkes, Emilienne Ambassa, Jacobin Yarro...

La série de 26 minutes l’épisode a de l’ambition. Pour vendre le rêve, la production a voulu faire les choses en grand, avec des villas cossues, des acteurs principaux beaux, des personnages bien vêtus. Mais elle a été rattrapée par la difficulté qu’elle a eue à trouver des décors à la taille de ses ambitions. Cela créé, dans la série, une impression de déséquilibre. Aussi peut-on retrouver le président directeur général d’une grande société sous-régionale dans un bureau étroit et chichement aménagé, qui contraste avec le luxe de sa maison. La musique de Kareyce Fotso, qui en a cédé les droits gratuitement pour encourager cette production, est omniprésente dans chacun des épisodes de la série. Dans un difficile équilibrage du son, elle étouffe parfois la conversation, quand le thème ne va pas à contre-courant de l’ambiance dans une séquence. L’écriture de la série a négligé des détails. Dans la même séquence par exemple, un employé tutoie et vouvoie invariablement son patron.

Comme dans toute telenovela qui se respecte, le générique raconte déjà la fin de l’histoire. Rowena et Thomas s’embrassent à pleine bouche, alors que les obstacles s’effacent. Promesse d’un avenir plein d’amour et de bonheur. Pour Chantal Youdom, ce baiser était incontournable. « Dans les telenovelas brésiliennes, les comédiens s’embrassent. C’est ce que le public aime voir à la télé. Mais en Afrique, les parents ne sont pas encore prêts à voir leur enfant embrasser un inconnu à la télé », soutient-elle.

Car Chantal Youdom veut, avec « Au cœur de l’amour », faire concurrence aux telenovelas sud-américaines et plus récemment indiennes qui inondent les chaînes de télévision africaines en prime time, alors que les séries locales sont reléguées à des heures creuses, lorsqu’elles existent. Pourtant, « Au cœur de l’amour » a manqué de moyens financiers pour s’offrir des décors adaptés et des équipements techniques de qualité, qui lui auraient permis de combattre à armes égales avec les telenovelas étrangères.

Stéphanie Dongmo

16 commentaires:

  1. la série au coeur de l'amour a été formidable mais cela ns a laissé sur notre faim après le 24ième épisode,j'aimerai savoir si il y'a la suite car ça sera nul que cela puisse se terminer ainsi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. slt Kadi. Chantal Youdom, la créatrice de la série, a prévu une suite. Elle cherche encore les moyens pour ça. prenez votre mal en patience.

      Supprimer
  2. j'ai beaucoup aimé votre article, Je viens de découvrir la série sur TV5.
    j'avais plusieurs remarques; c'est la perche son qu'on aperçoit quasiment dans tout les épisodes! gros problème de cadrage ...
    et le jeu de rowena qui évolue au fil des épisodes je la préfère au début.
    Aussi les sourcils des filles woowww... de grâce pour la maquilleuse, il faut arrêter les crayons bordeaux et le tracé façon "sorcière", rowena est tellement jolie elle n'a pas besoin de ça.
    Sinon bravo pour le scénario, même si le jeu des acteur est encore un peu limite (Mention spéciale pour Mr Dibondi avec son fameux "ferme ta gueule" qui m'a fait beaucoup rire.). Alain bomo bomo et sa désinvolture!
    j'espère qu'elle trouvera les fonds pour financer la suite!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      je vous remercie pour cette analyse pertinente.
      c'est le problème sur beaucoup de séries camerounaises, plus les filles ont du succès et plus elles en font. Je suis d'accord avec vous, Rowena est déjà belle naturellement, elle n'a pas en plus besoin d'en rajouter. certains acteurs sont assez bons, d'autres le sont moins. le son est à chier, les images moyennes. le plus intéressant dans cette série, à mon sens, c'est la volonté d'offrir au public africain ce qu'il va chercher en Amérique latine. Avec en plus des histoires qui nous ressemblent.

      Supprimer
  3. Apparement il aurait remplacé l'actrice principale... Gros FAIL; dommage.

    RépondreSupprimer
  4. slt moi ses adam's jai beaucoup aimer la serie et aussi ses acteurs comme la saison une a pris fiin pour la saison 2 jaimerai savoir si je pouvais postuler je fais le theatre depuis 6 ans jai aussi recue des formation de tournage jai 18 ans jaimerai bien y participer si possible a ce film et dautre si posssible merci de me repondre

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Adam,
    je ne peux pas répondre à votre question à la place de l'équipe de production. Il vaut mieux la contacter directement, elle saura quoi vous répondre mieux que moi. Désolée

    RépondreSupprimer
  6. ok mais je pourrais avoir leurs contacte s'il voups plait mn numero est le suivant 0022506064390 je suis experimenter je porrais me randre au camerooun si vous le voulez

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Adam, pouvez-vous me communiquer votre :ail? Je l'enverrai à l'équipe de production. merci

      Supprimer
    2. slt Sonia, tout d'abord bravo! à l’équipe et merci à l'auteur.j'ai bien aimé la série mais un peu déçu,où est la suite? je suis prêt à payer pour l'avoir.

      Supprimer
    3. elle été jute waouh la série mais j'ai été un peut déçus du cadre en voyais le micros dépasser l'écran le sons elle été bizarre a un moment donner en entendait même plut ce qu'il disait tellement il y avait les brouit de voiture . vous aurais dût faire des modification. je ne suis pas du tout dans le monde du cinéma mais avec mon expérience j'en connais assez beaucoup j'ai déjà vue des cadre des film et série mais ce pas du tout a la hauteur. si vous voulez concurrencés avec par exemple avec el-diablo ce même pas la peine. vous êtes pas la hauteur

      Supprimer
    4. tu a raison je ne connais qui tu ais mai moi aussi avec mon expérience je veux juste vous dire que ce pas la peine de concurrencée avec el-diablo où india a love story.

      Supprimer
  7. Bonjour Sonia,
    la suite du feuilleton est diffusée en ce moment même sur Canal 2, le jeudi matin à 9h ou 9h30 et un soir de la semaine. Il vaut mieux consulter le programme de Canal 2 pour en savoir plus. merci

    RépondreSupprimer
  8. On peut également trouver la rediffusion de la saison 2 (pour ceux qui n'ont pas Canal2) sur le site "afromotion" .

    RépondreSupprimer
  9. Ravie de découvrir un blog où l'on défend et parle des arts et cultures africaines. Cette série est mon plus gros coup de coeur camerounais.Bravo à toi Stephanie pour ce blog; BON TRAVAIL

    RépondreSupprimer